Historique de Saint Nizier de Fornas

Ancienne place de Saint Nizier de Fornas avec le cimetière

Le territoire de Saint Nizier fut habité depuis la plus haute antiquité (pierres à cupules dans le bois de la Gaize, silex taillés découverts aux « paturaux » au dessus d’Epizolles, céramiques gallo-romaines à proximité de Mizériecq, ect..) 
Vers 573, naissance d’une communauté chrétienne à l’emplacement du futur St Nizier. 
En 722, 1ere dénomination de la commune : Saint Nizier (du nom d’un Archevêque de Lyon de 552 à 579) 
En 1382, durant la Guerre de Cent ans et alors que les anglais étaient présents dans notre région, la paroisse se nommait alors Saint Nizier en Forez. 
Sous l’Ancien Régime, la paroisse comptait plusieurs seigneuries ou fiefs (La Batie, Brassolard, Fournier, La Roche…) 
Notre commune possède un important patrimoine, témoin de son riche passé (Croix de Chazolles, maison noble d’Epizolles, maisons fortes de Brassolard et Fournier, ect…). Son église remarquable (XIème siècle, XIVème, XVème) possède un carillon du XIXème : elle atteste de l’exceptionnel passé religieux de notre commune. 
En 1214, le prieur de St Romain le Puy est désigné comme curé titulaire de la paroisse de St Nizier. 
Au cours du Moyen Age est constituée une Communauté de prêtres sociétaires qui vivaient la règle de St Augustin et désignés par les habitants « la Communauté de St Nizier » 
En 1512, visite de Mgr de Marquemont, le personnage religieux le plus important du royaume (Archevêque, Comte de Lyon, Primat des Gaules) 
En 1661, une congrégation religieuse voit le jour sur notre commune « les religieuses de la Trinité » appelé par les Niziérois d’alors « les filles de la Confrérie ». Cet ordre religieux devait par la suite essaimer dans le monde entier. Il est aujourd’hui présent sur tous les continents 
Plus tard en 1751, s’implantèrent les sœurs St Joseph dont le but était l’instruction religieuse et l’éducation des filles de la paroisse. 
Enfin, c’est la ferveur populaire qui, au milieu du XIXème, au moment où les apparitions de Lourdes ont réveillé la Foi mariale, a aménagé l’espace sacré de l’esplanade de la Cote Fournier. Elle se compose d’une chapelle en pierre, d’une statue de Marie et d’une croix d’un calvaire. On trouve aussi 15 stèles en marbre disposées en hémicycle et qui jalonnent le chemin du Rosaire de la Cote Fournier. 
Sur le plan économique, outre l’agriculture, Saint Nizier a connu un certain essor avec la serrurerie, l’armurerie et la dentelle. A noter qu’en 1890, 5 moulins fonctionnaient encore sur notre territoire. Aujourd’hui la commune souhaite avant tout conserver son caractère rural !

Le Carillon

Le carillon a été inauguré en novembre 1895. C’est sous l’égide du Père SANGLARD qu’il a été réalisé.

Ce carillon manuel comportait un clavier de 10 grandes touches en bois dur, longue de 6 à 7 cm et reliées aux battants des cloches par un simple fil.

Pour accéder au carillon manuel, il fallait gravir 45 marches dans un escalier étroit en colimaçon.

Les différents carillonneurs appelés aussi « sonneurs » furent Charles VENTE de 1875 à 1940, son fils Pierre Marie VENTE de 1940 à 1947, Régis BOUREILLE de 1947 à 19 54 et Marguerite Marie BERGER DESMARTIN jusqu’à sa première électrification en 1968.

La deuxième électrification interviendra en 2002. Désormais, le carillon fonctionne tous les jours après l’Angélus de midi. La commune de St Nizier de Fornas est une des rares communes françaises à posséder un tel vestige.